La gestion de crise du XXIème siècle sera 2.0 ou ne sera pas !

En début d’année, la filiale spécialisée d’Allianz a publié la 7 ième édition de son baromètre annuel des risques. Si l’interruption d’activités reste en tête des préoccupations des 1911 experts interrogés dans 80 pays, certains risques connaissent une forte augmentation par rapport à 2017. C’est le cas des cyber-incidents qui regroupent le cybercrime, les défaillances informatiques et les vols de données. D’autres apparaissent dans le top ten du classement, telles les catastrophes naturelles ou les nouvelles technologies qui englobent l’impact de l’inter-connectivité croissante, les nanotechnologies, l’intelligence artificielle mais aussi les impressions 3D ou les drones. En France, les cybermenaces et les interruptions d’activités représentent à elles-seules près de la moitié des choix.

Comment pourrait-il en être autrement quand un cyberbraquage via un logiciel malveillant a fait récemment perdre plus d’un milliard d’euros de plus de cent institutions financières dans quarante pays 1 ? Quand 92 % des entreprises françaises reconnaissent avoir été victimes d’une attaque informatique en 2017 2 , leur causant de 400 000 à 4 millions de pertes ? Face à cet état des lieux, la riposte s’organise au niveau des Etats et d’abord législative. En France, la RGPD sera applicable à toutes les entreprises dès le 25 mai prochain, harmonisant le panorama juridique européen en matière de protection des données personnelles.

Mais la résilience des entreprises ne pourra pas se faire sans intégrer la problématique liée aux flux d’informations générés lors de situations sensibles ou critiques. En situation de fragilité, c’est-à-dire d’incertitude, de stress, d’accélération du temps, d’irruption de nouveaux acteurs et de saturation des canaux d’information 3 , les entreprises doivent plus que jamais sécuriser leurs bases de données et leurs échanges, afin de offrir des fenêtres d’opportunités à leurs adversaires.

A ce titre, l’arrivée sur le marché d’outils, de logiciels et d’applications permettant la diffusion de l’alerte auprès des populations ou conduisant la riposte durant les premières heures de la crise représente une réelle avancée, pour peu que ceux-ci soient intégralement bunkerisés, totalement fiables et assurent un taux de disponibilité proche de 100%. A condition également qu’ils couvrent à 360° la crise et ne se contentent pas de signaler un incident ou d’afficher des fiches réflexes mais permettent aussi de détecter les signaux faibles, de conduire la sortie de crise et d’exploiter les enseignements. En effet, la gestion de crise 2.0 ne commence pas au moment de l’incident pour se terminer après le dernier article négatif dans les journaux. Dans le cadre d’une approche globale, elle doit couvrir la prévention, la détection, la réaction, la solution, la correction et l’exploitation.

Des solutions existent toutefois pour aider les entreprises à aborder sereinement le virage digitale de la gestion de crise. Ainsi, easylience de Nanocodes-labs 4 est la première application complète pour gérer les alertes et conduire les crises depuis son smartphone, son PC et même l’écran tactile de son véhicule… Entièrement sécurisée, de type SaaS, fonctionnel et collaboratif, le logiciel easylience intègre tout l’environnement des situations à risques : veille et détection, alerte de masse ou de l’astreinte, pilotage des actions, aide à la décision, exploitation. Face à des menaces de plus en plus complexes, violentes, imprévisibles et protéiformes, il importe pour les entreprises de repenser la gestion de crise en se dotant d’outils performants et adaptés à leurs besoins et contraintes, notamment budgétaires. La gestion de crise du 21 ème siècle sera 2.0… ou ne sera pas !

 

1 La Croix, « Cyberbraquages de banques à 1 milliard d’euros, le cerveau arrêté en Espagne », 26/03/18
2 Le Point, « Cyberattaques : black-out pour les entreprises, jackpot pour les hackers », 27/03/18
3 Les caractéristiques de la crise selon Roux-Duffort
4 www.nanocode-labs.com

 

Thierry FUSALBA
Directeur de l’AGENCE C4
Conseil en prévention et conduite des crises

Qui sommes-nous ?

Créée en 2016, Nanocode Labs est une jeune entreprise française spécialisée dans la création d’applications dédiées à la gestion de crise. Avec plus de 20 ans d’expériences dans le domaine de la gestion de crise, nous mettons notre expertise à la disposition de nos clients afin de les accompagner dans la mise en œuvre d’une stratégie de gestion de crise en adéquation avec leurs besoins.

Rejoignez-nous

Twitter
LinkedIn
Facebook

Copyright © 2018 Nanocode Labs.